Maux d'estomac et douleurs abdominales - chez nous, les bipèdes, pas de problème et souvent une broutille. Cependant, des grondements au ventre chez le cheval peuvent avoir des effets dramatiques, car le système digestif du cheval ne tolère pas bien les malaises. Par conséquent, les coliques doivent être rapidement identifiées et traitées au mieux pour prévenir le pire!

En général, une colique est désignée comme un trouble de l'estomac ou de l'intestin dans lequel le cheval ressent des douleurs, transpire de manière accrue, est agité, se roule ou ne se lève pas facilement. La sensibilité aux coliques est due à l'anatomie particulière du tube digestif du cheval. L’estomac du cheval, relativement petit, peut stocker peu de nourriture et être rapidement surchargé. Pour aggraver les choses, les chevaux sont incapables de vomir et leurs intestins très long, est très peu fixés dans la cavité abdominale et peuvent donc bouger facilement.

En plus de cette situation anatomique défavorable, se rajoute le mode de vie et l’hébergement artificiel du cheval dans les écuries modernes. Le cheval „animal des steppes“, à l'état sauvage, est habitué à un apport permanent en fourrage avec la tête à terre. Pendant près de 20 heures par jour, le cheval broute dans cette posture naturelle en se déplaçant continuellement. Dans les conditions actuelles de détention et d’élevage, le cheval reçoit de grandes quantités comprimées de nourriture (concentrés) servies trois fois par jour et ne peut se déplacer que de manière limitée. Le stress, des quantités excessives d’aliments concentrés ou l'alimentation en fourrage dans des filets à foin suspendus peuvent aggraver les coliques.

Les différentes formes de coliques

  • Les coliques spasmodiques:

Crampes douloureuses et ralentissement du passage des aliments dans le système gastro-intestinal. Cela peut conduire à un arrêt complet du transit digestif.

  • L’aérophagie (météorisme):

La production excessive de gaz dans l’intestin entravent le débit de l'alimentation et provoquent des douleurs. L’anse intestinale peut être déplacée à cause de certaines parties fortement distendues.

  • La constipation:

Les causes sont multiples: parmi d’autres, pas assez d’eau à disposition, un abreuvoir bouché ou des aliments gonflants. Cela provoque des douleurs intenses et une interruption partielle ou totale du passage gastro-intestinal.

  • Déplacement ou distorsion des intestins / torsions de l’intestin mésentère

En cas de stress ou d’hypermobilité (forte mobilité) de l’intestin, les différentes parties bougent, se déforment ou se plient.

  • Surcharge gastrique / rupture gastrique

Suite aux déplacements intestinaux, une constipation, un gonflement de l’estomac ou une quantité de nourriture trop importante, l'estomac se trouve en surcharge alimentaire. Cela peut conduire à une rupture de l'estomac mettant la vie de l’animal en danger.

  • Étranglement de l’intestin, occlusion intestinale

Les déplacements anatomiques des intestins entraînent une perturbation de la motricité intestinale. Il peut s’enrouler sur lui-même et bloquer le transit. Au delà des douleurs aiguës fortes, les parties pliées ou coincées risquent de mourir si la circulation sanguine est gravement altérée. L’obstruction intestinale (iléus) en est la forme la plus grave.

  • Le parasitisme

Une infestation excessive par les vers peut entraîner des symptômes de colique, une constipation et de graves perturbations de la digestion.

Premiers secours en cas de colique

Si vous observez qu’un cheval présente une gêne évidente, gratte le sol ou se roule fréquemment, il faut commencer à le faire marcher de suite. Il est recommandé de lui mettre une couverture chaude et de lui retirer tout aliment à disposition. En cas de muqueuses sèches et blanches, de fièvre, de transpiration excessive et de très forte agitation, une prise en charge rapide par un vétérinaire est indispensable.

En cas de colique légère, un médicament antispasmodique peut suffire. Une perfusion, un sondage naso-gastrique et l’évacuation de l’excès de gaz à l’aide d’un trocard (grosse aiguille) sont également des méthodes permettant de traiter une colique dans les écuries par un vétérinaire. Si aucun traitement n’agit ou si les symptômes commencent à s’aggraver soudainement, le cheval doit être transporté d’urgence dans une clinique. En fonction du diagnostic, une opération chirurgicale sera peut-être envisagée pour sauver la vie du cheval.

Empêcher les coliques

Comme pour toute maladie: mieux vaut prévenir que guérir! 

Notamment dans la prévention des coliques, il existe de nombreuses façons d’optimiser la santé digestive de son cheval. 

La condition préalable la plus importante pour cela est de répondre au mieux aux exigences du cheval en lui offrant des exercices réguliers et un fourrage à disposition en continue sur la journée (dans le meilleur des cas). 

Au lieu de filets à foin, il est recommandé de lui fournir le foin au sol pour se rapprocher de ses habitudes naturelles d’alimentation (cou allongé et tête au sol). 

Il faut veillez à ce que les fourrages et les concentrés soient de bonne qualité et exempts de moisissures, poussières, acariens etc…

En ce qui concerne la gestion de l’alimentation, les petites quantités sont plus tolérables par l’animal que les grandes quantités. Par conséquent, il est préférable de nourrir le cheval plus souvent avec de petites quantités de concentrés (idéalement 4 à 5 fois par jour).

Il faut éviter un changement soudain de régime alimentaire, des corps étrangers dans la nourriture ou un gonflement d’aliment dans l’estomac (par exemple, suite à un mash pas assez hydraté ou cuit, du pain à moitié sec, etc…). 

De plus, il faut garantir au cheval un accès illimité à de l’eau propre. Un traitement vermifuge correct et régulier ainsi qu’un examen dentaire annuel sont également essentiels. 

Un changement de lieu et un stress soudain sont d'autres dangers pour les chevaux sensibles au colique. L’administration de mash et d’huile tièdes peut apporter un vrai soutien.

Au printemps, la consommation excessive d’herbe fraîche en pâturage est un déclencheur classique de colique. Comment faire une remise à l’herbe progressive et pourquoi c'est si important sur le plan médical, vous l’apprendrez ici la semaine prochaine.